Brève de dortoir

J’ai suivi mes argentins en goguette dans une auberge de jeunesse, éternel repaire des voyageurs de tous poils. Les plus authentiques comme les moins intéressants.

Dans le dortoir, une nord-américaine demande, voix haut-perchée :

– Do you know a place where I can eat pancakes ?

– You’ll  find some in New York, I guess.

Elle n’apprécie pas trop ma suggestion.

L’éternelle discussion de dortoir sur les habitudes alimentaires s’engage. Il y a aussi une danoise blonde-mince-dents blanches-végétarienne qui se plaint qu’on ne mange pas assez de légumes dans ce pays et que le café n’est pas bon. Soit j’ai vieilli, soit je suis juste un peu fatiguée mais les auberges de jeunesse remplies d’occidentaux tourdumondistes ou d’étudiants en « break », ne remportent plus ma totale adhésion.

Think positive… Rappelons-nous l’indien de New Delhi et aussi Omar, belle rencontre de dortoir, anglais d’origine syrienne, lonely traveler lui aussi, avec qui nous avons campé il y a deux ans au pied du Cerro Torre, très au sud de la Patagonie.

Ce soir-là, à Salta, je dîne dans une peña au son des musiques folkloriques du nord-ouest andin d’un plat qui n’est pas un bœuf bourguignon.

Photo : Les nord-américains n’ont pas l’apanage du manque de savoir-voyager. Sur les murs de la Casa de las empanadas à Cafayate, les français remportent le premier prix d’inélégance avec cette rime très pauvre : « Les empanadas, c’est dégueulasse ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s