Claro que si

Reprendre un voyage où on l’avait laissé : Gare routière de Retiro à Buenos Aires.

Il y a deux ans, retour ébloui des Chutes d’Iguazu. Le billet d’avion avait déjà été repoussé une semaine plus tôt, inutile de refaire le coup. Le nord ouest andin attendrait.

Il a attendu.

Je plaque le cours d’espagnol. L’intention était louable mais il faudra m’expliquer comment on apprend les bases d’une langue à une française, deux turcs, un texan à moitié illettré, deux allemands et une anglaise : langues latines, germaniques et altaïques, autant dire la tour de Babel.

Hasta luego amigos, vamos para los Andes.

Vingt heures de bus plus tard, province de Tucuman. Les paysages et les visages ont changé. Les uns et les autres se font plus andins. On est loin, très loin de « l’européenne » Buenos Aires.

Bienvenido en America del Sur.

Immersion en terre indienne sur les ruines de Quilmes, village qui résista aux Incas puis aux espagnols jusqu’à ce que ceux-ci les déportent vers Buenos Aires. La plupart sont morts en chemin.

Il ne reste des indiens de Quilmes que ce site austère au pied des Andes et la bière nationale argentine qui porte leur nom.

Le voyage a bel et bien commencé. Il s’agit de filer plus au Nord et de pratiquer l’espagnol, pourquoi pas ? Il est acquis que l’on commence à maîtriser une langue lorsqu’on en connaît les idiomes, les expressions du langage courant.

Claro que si.

C’est ce que je réponds à la dame qui vend les billets de bus pour Salta lorsque je crois comprendre qu’elle me demande si je veux m’arrêter à la Garganta del diablo au cœur de la Quebrada de Cafayate.

Et me voilà déposée à peu près au milieu de rien à 200 km de Salta sous un soleil de plomb où se dresse effectivement une vague gorge de pierre où quelques touristes marquent une halte de trois minutes. Le vendeur de bijoux « artisanaux » – en cherchant bien, il y en a toujours un – m’indique que le prochain bus est dans cinq heures.

Claro que si, j’avais rien compris.

Alors il faut enfreindre l’article 1 du code du lonely traveler : Jamais de stop tu ne feras.

Avouons que cela aurait été dommage.

A peine le pouce levé, la première voiture s’arrête avec à son bord : Martìn, Augustìn, Juan et leur maté. Alors il faut se jeter dans le grand bain de la langue. N’en déplaise à feu Steve jobs, on ne me fera pas croire qu’Apple œuvre pour la paix dans le monde et l’amitié entre les peuples. N’empêche, mon iphone et son appli « dictionnaire d’espagnol » téléchargé à la hâte avant de partir m’ont permis un échange – certes pas du Borges dans le texte – avec mes jeunes argentins absolument pas anglophone.

Les trois compères, 27 ans de moyenne d’âge, travaillent dans une exploitation agricole au cœur de la Pampa. Autant dire, dans mon esprit qui s’enflamme, de vrais gauchos.  En vacances, ils voyagent vers l’Amérique centrale au gré d’escales festives. L’idée est de rentrer lorsqu’ils n’auront plus un pesos.

Trois heures de route et deux litres de maté plus tard mon espagnol a progressé en flèche.

Ils trouvent que c’est « gracioso » quand je parle.

J’ai failli rougir avant que mon iphone m’indique que je n’ai rien de gracieux mais que je suis drôle.

Photo : Martìn, Augustìn et le maté, Quebrada de Cafayate, Argentine, 20 septembre 2013.

Publicités

6 réflexions sur “Claro que si

  1. Esprit du voyage (que tu incarnes si bien): surmonter sans cesse des obstacles et se réjouir de l’avoir fait…
    Muy bien. j’adore lire ça, si différent …
    Mais où cela se passe-t-il?

  2. Merci Mathilde pour ce petit « re » d’Argentine et de si bons souvenirs! J’ai trouvé que Quilmes était un endroit magique mais je pense que le levé de soleil auquel j’ai assisté sur place y a fait pour beaucoup!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s