Dernières nuances de l’Inde /2

10 km de course le long de la plage de Benaulim au lever du jour et time to leave.

Goa. Nouveau repaire de la classe aisée russe, désagréable impression d’un tourisme qui pue. Comprendre : sexuel. Pub pour diverses marques de vodka et toutes les enseignes en cyrillique. Petites indiennes à leur goût. Sur la plage, laideur des corps et des manières.

Mais joie d’être accueillie chez B. et son mari indien, pour quelques jours en immersion goanaise. Après la poussière de l’aride Rajasthan, l’océan, ses crevettes au curry et ses fruits de la passion frais offrent un avant-goût de la sensualité de l’Inde du Sud. On dit de celle-ci qu’elle est plus « douce ». À vérifier in situ ?

Comme me l’a suggéré Shabbu, le chauffeur de tuck-tuck d’Agra, à qui je disais ma déception de ne pas avoir eu la fameuse apparition du Taj au petit matin : « Good reason to come back ! »

Oui, good reason, en effet. Et mille autres encore d’explorer plus loin ce pays. Sans doute plus au Nord, à vrai dire, sur les contreforts de l’Himalaya.

Il est temps de rentrer. J’ai un peu le blues alors je songe à mon voisin alpin, Nicolas Bouvier, qui disait : « Voyager c’est s’attacher puis s’arracher. »

Quand commence le voyage ? demandait la nomade contrariée en amorçant ces chroniques.

Il me semble tout à coup que le voyage commence sans doute alors que le précédent se termine, un nouveau rendez-vous – et les désirs ne manquent pas – comme une promesse faite à la route.

Photo : Enturbané – Jodhpur – Décembre 2012

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s